VOTEZ POUR LE BAL



Référencement


AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?
Cause there's gonna be a day when you're standing in the hall of fame
avatar
Informations
Messages : 50
Faveurs du Roi : 35
Date d'inscription : 16/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Lun 20 Juil - 17:26
Aujourd'hui, c'était à moi d'ouvrir le magasin. Les couturières arriveraient plus tard; le dernier grand bal datant de la veille, nous allions avoir un peu moins d'affluence pendant quelques jours. Ensuite, comme d'habitude, dès que la nouvelle date serait annoncée par le roi, les invités se presseraient dans la boutique.
Nous allions reprendre notre rythme effréné. Moi, j'allais passer ma nuit à dessiner, et les filles, à coudre.
Avouez. Mon travail vous tente affreusement. Être un esclave à la solde de ces Invités qui vous ont plus ou moins renvoyé de leur Cour... Allô, ici Zénon Tancrede d'Idinis, je voudrais postuler pour le plus beau métier du monde, s'il-vous-plaît.

J'ouvre donc la boutique, j'aère, je rhabille les mannequins qui, allez savoir comment, se son un peu débraillés pendant la nuit, et je m'installe à mon bureau. Couvert de feuilles de papiers, de crayons. La Troisième Guerre Mondiale à l'échelle d'un bureau, j'vous jures.

D'un coup, le gai carillon sonne. Non, en soit, ce carillon n'est pas forcément gai, c'est juste que comme il annonce la fin de ma solitude, je le trouve gai. Mais, lorsque la boutique est comble, je le trouve plutôt meurtrier, le carillon, vous voyez le genre ?
Je me lève presque en sautant de mon bureau, vérifiant par la même occasion que ma tenue est correcte. Mon slim blanc est resté blanc malgré le café du matin, et la chemise rose que j'ai enfilée est bien repassée. Par réflexe, je remonte les manches, avant de m'approcher du jeune brun qui vient d'entrer.

De ma voix haut perchée, je l'aborde. Parce que, après tout, c'est quand même mon travail.
Bonjour, jeune galant. Que puis-je faire pour vous ? Peut-être vous conseiller pour votre futur tenue ? Ce serait un plaisir que d'habiller un aussi séduisant jeune homme...
Et un grand sourire, comme d'habitude.

_________________
you can beat the world, beat the war
yeah, you can be the greatest, you can be the best
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Lun 20 Juil - 20:03
Le ciel, en cette fraîche matinée, était d'un bleu étrange. Je le contemplais par la fenêtre de ma chambre à l'auberge, où je créchais en attendant d'avoir un logement au château, imposant et brillant, que je discernais à travers la vitre légèrement sale. Peut-être aurais-je l'occasion d'y aller prochainement ...

Déjà habillé, je détachai mon regard du paysage et descendis les escaliers menant à la salle de restaurant en silence, désireux de ne pas être remarqué par qui que ce soit. Je scrutai les tables, inquiet, mais presque personne n'était debout si tôt. Seul un vieux monsieur mangeait, seul.

Je m'emparai d'un bol et pris un rapide petit-déjeuner, boudant les crêpes faites par une jeune fille à son stand. Je remontai à ma chambre, m'assit sur mon lit défait et me demandai quoi faire. Il n'y avait pas de bal à cette heure-ci ... Puis je me souvins de la nuit dernière. On m'avait donné une tenue de soirée quand j'étais parti de l'hôpital, mais elle avait été bien trop grande pour moi.

Je jetai un œil à l'intérieur de mon porte-monnaie et pris quelques billets en liquide, ainsi que ma carte bleue. Il était temps d'aller se refaire une garde-robe et de prendre un peu l'air.

Rapidement vêtu d'un T-shirt à logo et d'un jean défoncé, je laçai mes Doc. Martens noires, vieilles et fidèles, et sortis au-dehors, dans la rue balayée par une légère brise. Dieu merci, le hameau n'était pas très grand, et tout était indiqué par des pancartes, y compris les emplacements des vendeurs ambulants, ainsi que leurs horaires. Tout en priant pour que le vendeur soit un homme, je poussai la porte de la boutique, armé d'une barre de nougat qui me collait les doigts.

Un espèce d'énergumène en rose et blanc m'aborda cérémonieusement, sans doute un peu trop. Il était mignon, agréable à l'oeil quoique un peu trop vif à mon goût. Enfin, tous les stylistes ont une vision assez personnelle de la mode et du style ... Au moins, il ne s'était pas habillé au hasard comme moi. Par ailleurs, je ne m'attendais pas à être complimenté dès le premier pas dans l'échoppe.

Hem, bonjour ... En effet, je pense que j'aurais besoin de vous. Je n'ai aucune tenue de soirée, je suis arrivé hier midi et ... Enfin, bref. J'aimerais éviter de flotter dans mon costard comme hier, vous voyez ? C'était embarrassant. Je n'ai pas vraiment de notion de mode, en tout cas, bien moins que vous.

Je regardai d'un air dubitatif son costume et tentait de lui adresser à mon tour un sourire, qui était moins une pub pour Colgate qu'un timide rictus.
Cause there's gonna be a day when you're standing in the hall of fame
avatar
Informations
Messages : 50
Faveurs du Roi : 35
Date d'inscription : 16/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Mer 22 Juil - 23:18
Je me retins de faire une grimace de dépit en voyant le jeune homme entrer. Mais Bon Dieu, qui est-ce qui leur apprenait à s'habiller de la sorte, à ces jeunes ? Certainement pas leurs mères, car les femmes avaient un sens très développé du bon goût. Leurs pères ? Même. Je refusais de croire qu'il y ait sur Terre des gens majeurs, adultes, et parents, capables d'inculquer un sens du goût aussi peu travaillé que celui des jeunes de nos jours.
Bon. Je n'étais pas non plus un petit vieux à moustaches pour porter ce type de jugement de valeur, certes. Mais j'avais au bas mot 10 ans de plus que le p'tit brun. Et visiblement soit deux siècles de retard, soit une bonne longueur d'avance en matière d'habillement.

Il m'expliqua son problème -tiens, c'est drôle, ça parlait justement de vêtements - et je ne pus qu'hocher la tête avec un petit regard triste. - Et certes, dans une boutique de vêtements, il était fort peu probable que nous parlions voitures, mais passons -.
Les habilleurs de la cour ont encore beaucoup de progrès à faire, je le sais bien...
Et je soufflais. J'avais eu pas mal d'altercations avec eux, depuis le temps que je travaillais ici. Bon. Ils ne disaient pas un mot, alors disons que l'altercation ne s'appliquait à moi.
Mais, au moins, j'avais la décence d'ouvrir la bouche. Moi.

Bon. J'avais du travail, c'était chouette ça au moins. Je me précipitais sur mon bureau, dérapant avec l'aisance de l'habitude sur le parquet ciré. Je fouillais sous mes papiers, avant d'en ressortir mon mètre de couturier avec un air triomphant. Bah oui, c'est vrai quoi, moins d'une heure pour le retrouver, c'était un record.
Je me rapprochais du jeune homme, évitant cette fois-ci de déraper. Parce que si je me loupais, je tombais sur lui. Et si c'était le moment que choisissait la Grande Couturière pour entrer, elle me réprimanderais sur le fait que je sois encore en train de draguer les cliens.

Donc, je m'arrêtais tranquillement, le jaugeant.
Du gris serait parfait, le noir, ça sera trop strict pour votre joli minois. Avec un liseré coloré. Je verrais bien un rose pale. Ou un rouge rubis, peut-être ?
Question purement rhétorique, car je doutais fortement que ce jeune homme sache faire un choix convenable en matière de couleurs, vu la nonchalance avec laquelle il semblait avoir l'habitude de se vêtir.

_________________
you can beat the world, beat the war
yeah, you can be the greatest, you can be the best
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Dim 26 Juil - 15:14
Bon, je n'avais aucune notion de la mode ni même d'association de couleurs, mais quand même, du rose ! Il ne fallait pas pousser, je n'allais pas me balader au milieu d'une foule avec du rose !

- D-Du rose ? Vous êtes sûr ?


En plus, le rose plaisait aux filles. Il était hors de question que je fasse crise de panique sur crise de panique à cause d'un liseré stupide et d'un modiste à la masse ! Un peu de respect pour les phobiques, quand même !

Quand même un peu soucieux de ne pas le blesser, je jetai un oeil aux costumes accrochés. Le noir était trop classe, mais le gris allait. Quant aux liserés ... Je lui montrai une veste que je trouvais jolie.

- Du doré, ce ne serait pas mieux ?


L'idée me traversa que lui expliquer mon problème en détail serait beaucoup plus simple. Au moins, il ne m'habillerait pas pour plaire aux filles et ce qu'il choisirait aurait une chance de me convenir. Sans que je sois particulièrement difficile, j'avais quelques standards.

- Il ne faut pas que je plaise trop, en fait ... Un costume un peu en-dessous de la moyenne serait parfait. Je ne veux pas que les gens, et surtout les femmes, m'approchent. Je suis gynéphobe, et assez sévèrement, en plus. L'autre soir, j'étais au bar, une fille m'a touché le dos et je suis carrément tombé dans les pommes ...


Je cessai immédiatement de me rappeler cette soirée. Mon pantalon allait me faire le regretter si je poursuivais mon récit. Je secouai la tête pour chasser mes pensées impures et reprit.

- Vous comprenez ? Il faut que je sois juste potable.

_________________
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist
I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

From Sia
Cause there's gonna be a day when you're standing in the hall of fame
avatar
Informations
Messages : 50
Faveurs du Roi : 35
Date d'inscription : 16/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Dim 26 Juil - 16:18
Mon beau visage - oui, vous ne pourrez nier qu'il est beau, donc passez-vous d'un quelconque commentaire - se fendit d'une petite grimace. Il avait quoi contre le rose sur les hommes, l'énergumène là ? Certes, depuis la nuit des temps, c'était une couleur très féminine... Mais c'était fort dommage, car il seyait à de nombreux hommes, finalement.
Bon. Au moins il avait eu la décence de proposer une couleur qui, effectivement, pourrait aller correctement avec le gris foncé que je prévoyais. Quoique. Peut-être que je réussirais à lui conseiller de l'argenté, plutôt ? Le doré, que je trouvais souvent trop clinquant, ne lui irait pas au teint. M'enfin. S'il voulait du doré ab-so-lu-ment, il l'aurait.

Lorsqu'il m'expliqua sa phobie féminine, je le regardais avec un graaaand sourire. Eh bien. Il en invitait, de drôles de gens, le Roi ! Il avait eu de la chance que ce soit moi et pas la Grande Couturière en personne qui soit là ce matin ! Bon, au moins, j'allais pouvoir superviser la tenue de A à Z, car il ne laisserait visiblement pas une des couturières, aussi agréable et condescendante soit-elle, l'approcher.
Vous avez donc bien de la chance que j'ai choisi ce métier, sinon je craints que vous auriez du vous balader en costard trop grand pendant encore une éternité...
Il valait mieux le prendre à la rigolade, pour le pauvre jeune homme. Ça devait déjà être suffisamment compliqué comme ça...

Lorsqu'il m'expliqua donc qu'il ne voulait pas attirer l'attention auprès de la gente féminine en portant quelque chose de plutôt médiocre, je pensais immédiatement à une autre solution. Plus élégante, et qui surtout me permettrait d'utiliser mon immense talent. Parce que créer quelque chose de médiocre, ça n'était pas encore dans mes capacités.
Il y a une autre solution, pour ne pas attirer l'attention de ces demoiselles. Ce serait simplement de bien leur montrer que vous préférez les hommes. Enfin. Il me semble que ça doit être votre cas, non ?
Je ne devais pas m'être trompé. Car soit ce jeune homme était attiré par les hommes, soit il était très très très mal barré pour sa vie future...

_________________
you can beat the world, beat the war
yeah, you can be the greatest, you can be the best
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Dim 26 Juil - 18:28
Assumer haut et fort mon homosexualité ? Il était sérieux ? Je voulais bien croire qu'on vit dans une époque bien plus libre de mœurs que dix ans auparavant, mais à ce point ? Et puis, à part se balader en mankini, je ne voyais pas comment il pouvait exposer mon orientation au monde entier. Est-ce qu'il allait broder "GAY" en lettres arc-en-ciel sur la veste ?

- En effet, oui ... Je suis homo. Mais qu'est ce que vous comptez faire ? Il y a des vêtements spéciaux pour ça ? Je n'aurais pas l'air ridicule, au moins ? Je ne veux pas vous froisser, mais je n'ai pas vraiment envie qu'on rie de moi.

Je commençai à déambuler dans la boutique et plissai le nez quand des effluves de parfum féminin virent à mes narines. Je me tournai vivement vers la porte, mais ce n'était qu'un passante. Ouf. Si une cliente avait l'idée de venir maintenant, alors la cabine d'essayage aurait été squattée tout le temps de ses achats.

Les habits présentés étaient vraiment beaux. Si ce gars avait tout dessiné, alors il était un véritable génie.

- C'est toi qui a dessiné tout ça ? C'est magnifique ...

Je caressai le tissu d'un foulard chatoyant et me surprit à admirer le moirage d'une robe. Je n'avais même pas relevé que je venais de tutoyer le modiste. Soudain, une idée me frappa et je tournai vivement la tête vers lui.

- Je ne vais quand même pas être en jupe ?!

_________________
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist
I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

From Sia
Cause there's gonna be a day when you're standing in the hall of fame
avatar
Informations
Messages : 50
Faveurs du Roi : 35
Date d'inscription : 16/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Dim 26 Juil - 23:03
Ce jeune homme était décidément très amusant, avec son faux air guindé. Il semblait plutôt sur la défensive, pas très affable... Et pourtant, comme il évitait déjà la moitié de la population à cause de sa phobie, il aurait mieux fait de se montrer avenant plus souvent ! Parce que autant j'avais beaucoup de patience - hum hum - et suffisamment de répartie pour deux, autant celui-ci en manquait cruellement... De répartie, hein. Pas de patience. Enfin, je ne l'avais pas embêté assez longtemps pour pouvoir m'en faire une idée précise.

Il me parla de ne pas être ridicule, et machinalement je jetais un œil sur ma propre tenue. J'étais ridicule, moi ? Je n'en avais pas l'impression. Ou, du moins, personne ne m'en avait encore fait la remarque, dernièrement. Et je n'entendais pas de fous éclats de rire quand je marchais dans la rue. Donc ça va, je ne devais pas être si ridicule que ça.
Alors qu'il déambulait dans la boutique, je le rassurais.
Le poste est cher, je me serais fait virer depuis longtemps si je rendais ridicules mes clients... Tu ne serais pas le premier gay que j'habille, pas de panique. Mes exs ne s'en sont jamais plaint.
Je lui adressais un coup d’œil, avant de hocher la tête - en toute modestie - suite à son compliment sur mes créations. J'en avais dessiné la plupart sur papier, mais la Grande Couturière avait souvent une idée très précise que je m'empressais de mettre en image. Nous travaillions main dans la main, et tous les modèles exposés sur les mannequins provenaient uniquement de notre imagination et des doigts de fée des couturières.

Lorsqu'il me parla de jupe, j'éclatais de rire. Mais genre vraiment.
A part le kilt, qui d'ailleurs donne plus une impression de virilité qu'autre chose, je doute de pouvoir te proposer une quelconque jupe...
Non, nous ne portions pas de jupe. Enfin. Il me semblait. Je n'avais jamais vu quelqu'un se balader en jupe sous prétexte qu'il avait une nette préférence pour la gente masculine. J'attrapais un bout d'étoffe quelconque qui traînait par là, un truc rouge un peu brillant, du meilleur effet. Je me rapprochais de lui, le mètre de couturière négligemment posé sur l'épaule. Sans le prévenir - après tout, s'il était là, c'était bien pour se faire habiller - je soulevais son Tee-Shirt, puis je drapais l'étoffe autour. Tout en expliquant. Quand même.
Je pensais plus à quelque chose de cintré, très près du corps. Un peu carré sur les épaules, et pas de col haut. Juste un nœud papillon autour du cou, et une chemise à l'encolure large. Mais après, si tu veux vraiment une jupe...

_________________
you can beat the world, beat the war
yeah, you can be the greatest, you can be the best
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Sam 1 Aoû - 0:10
Je poussai un cri d'indignation quand il m'attira à lui, souleva mon T-shirt et me passa autour de la taille une étoffe rouge brillante. J'avouai ne pas très bien saisir son concept, mais après tout, qui étais-je ? Au vu de ses créations, qui étaient d'une qualité et d'une élégance remarquable même pour un néophyte dans mon genre, il était bien plus qualifié et pro pour s'occuper de ce genre de chose.

- C'est toi le modiste, mon corps est tien, ajoutai-je avec un sourire.

Ouais, j'avais fait exprès, je voulais le provoquer un peu. Autant tisser de bons liens avec ceux qui m'entouraient, non ? Bon, ok, ils étaient tous des Bouffons, pour l'instant, mais bon ... Hors de question de m'aventurer dans la salle de bal sans protection rapprochée.

Dmitri pourrait très bien faire l'affaire, cependant. Il était beau, attentionné, gentil. Je ne pensais pas lui faire honte, bien au contraire. Il était l'amant parfait, même si nous n'en étions pas (encore) à ce stade de notre relation. Peu importe, j'avais envie de prendre mon temps avec lui.

Avec un grognement nerveux, je m'emparai d'un cintre à proximité.

- Si tu me mets une jupe, je te mets ce truc dans le cul.

A la réflexion, il semblait qu'il avait plus l'air d'un uke que d'un seme, mais bon, tant pis. On en était pas là non plus.


_________________
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist
I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

From Sia
avatar
Informations
Messages : 78
Faveurs du Roi : 74
Date d'inscription : 28/02/2015
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Jeu 27 Aoû - 10:13

Il était plutôt tôt, c'est vrai, quand Keylan se décida enfin à sortir le nez de sa tanière. Oui, pas si tôt que ça. Certes, il avait attendu une heure modeste pour ne pas bondir dehors au beau milieu de la nuit.  Parce que, bon, c'est vrai, il n'avait rien dormi de la nuit. Hanté, comme toujours et à jamais, par des souvenirs resurgis au hasard des ombres derrière ses paupières. Comment aurait-il put prévoir tout ça ? Cela restait tout de même ... Sa faute. Une belle et immense gourde qui avait causé la fin de sa vie et celle de tous ses proches. L'heure de se reconstruire n'arriverait sans doute jamais. Et encore moins dans ce cadre-là, qu'il détestait au moins tout autant que son passé. Mais c'était ainsi, et finalement, même s'il avait hésité, il n'avait pas envie de partir. Partir, pour faire quoi ? Se morfondre, pleurnicher, et être seul seul et toujours seul. Partout où il irait, la solitude l'accompagnerait. Autant profiter de ces chambres plutôt confortables, sans avoir vraiment besoin de travailler, d'avoir une vie sociale et d'insulter les médecins pour qu'ils vous laissent peut-être un jour tranquille.

Ce matin-là, donc, le jeune homme était sorti, habillé simplement, comme à son habitude - jean et chemise - pour visiter un peu ces coins étranges que proposaient le pseudo Château et son maître, le vieux fou et con de pseudo Roi qui pouvait d'ailleurs aller se pendre, réflexion faite.
Au lieu de se diriger vers la forêt qui bordait le domaine, comme la veille, il préféra se diriger vers la masse inquiétante de bâtiments qui se dressaient un peu plus loin. Il marcha cinq bonnes minutes sur le chemin en gravier qui l'avait mené jusqu'au château la veille, puis bifurqua vers le petit village aux allures un peu étranges, rien à voir avec les beaux villages d'antan qu'on trouvait en Australie, mais il avait son charme en soi.
Il s'avança donc, au hasard des rues et des ruelles, indifférent aux individus qui pouvaient l'entourer. Jetant son regard à droite et à gauche pour admirer les constructions étonnantes des bâtiments, un en particuler attira son regard. Au dessus de l'entrée était écrit, en lettres joliment calligraphiées : La Couturière. Intrigué, il chercha à voir à travers les vitres, mais le reflet du ciel bleu sur le verre ne lui faisait voir en gros plan que son propre visage. Il se détourna donc, et, réfléchissant une seconde, se dit qu'au pire, il ne faisait que voir et passer. Et il poussa la porte.

La mode ne l'avait jamais vraiment attiré. L'apparence en elle-même n'était pas un critère très important finalement pour choisir ses relations, par le passé. Désormais, la question ne se posait même plus, à vrai dire, étant donné qu'il faisait tout pour qu'on ne lui adresse même pas la parole. Enfin bref. Peut-être trouverait-il de quoi s'habiller, puisqu'il n'avait pris avec lui que de quoi vivre ... Deux jours. Faire une croix sur l'Australie était un choix particulier. Faire flamber tous les vestiges de sa vie passée en était un autre. Et même s'il n'oublierait jamais, et qu'il n'avait pas envie d'oublier, autant recommencer à zéro tout de même. Sans grand espoir de passer un jour au un, en fait.

Keylan entra donc. Et ... Se figea, alors que la porte se fermait en claquant sèchement derrière lui. Devant lui, deux hommes. Un de dos, les mains visiblement posé sur le torse du second, sans que le brun ne puisse voir ce qu'ils faisaient - et, tout compte fait, il ne voulait pas savoir -, et le second ... menaçant, mot pour mot, d'enfoncer un cintre dans le humhum de son congénère.
Autant dire que le pauvre homme arrivait au bon moment. A moitié choqué, étonné et éberlué, L'australien eut un mouvement de recul, un détournement de regard honteux, et tourna les talons, espérant sortir avant de se faire remarquer.

_________________
Where to go from here ? What road to travel on ? I spent my whole life choosing, and I always chose wrong. Will I try to have the will to be alive ? Will I try because I've never seen the light ? and  you , can  you  hear  me  now  ?
K   e   y   l   a   n


What a Face
Cause there's gonna be a day when you're standing in the hall of fame
avatar
Informations
Messages : 50
Faveurs du Roi : 35
Date d'inscription : 16/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   Sam 12 Mar - 23:34

Alors même que l'énergumène, visiblement aussi peu gêné d'être gay que moi, menaçait d'utiliser un cintre pour strictement autre chose que pendre les jolis vêtements que j'allais lui confectionner, j'entendis le carillon de la porte tintinnabuler -oui, j'avais décidé d'utiliser ce mot désuet, pourtant parfaitement adapté au son doux et délicat que produisait le carillon de cette fameuse porte- et j'adressais un sonore "Bonjour" à celui ou celle que je ne voyais pas encore, caché par mon client effrayé par les kilts.

Je me permis de prendre une dernière mesure -après tout, les grands artistes doivent savoir se faire attendre- avant de lui remettre bien sagement le Tee-Shirt sur le ventre. Je me dressais aussitôt sur la pointe des pieds, pour voir -à ma grande surprise- un homme ressortir de la boutique. Tiens donc, avais-je heurté la patience de ce grand du monde ? Était-il déjà dérangé par le fait que, potentiellement, je devrais m'approcher de lui pour prendre ses mesures, comme je venais de le faire ?

Quoi qu'il en soit, je me décalais bien vite de l'ombre de mon premier client, qui en profita pour aller farfouiller parmi les étalages d'accessoires masculins -du style cravates, nœuds papillons, et boutons de manchettes assortis- et repris mon ton de voix portant, histoire d'essayer d'alpaguer cet étrange inconnu.
Monsieur, vous cherchiez quelque chose de particulier ? Peut-être auriez-vous voulu voir la Grande Couturière ? Vu l'heure, elle ne devrait plus être bien longue, je peux vous proposer de patienter ici...
Si je faisais fuir un client, je me ferais à coup sûr sérieusement réprimander par la Grande Patronne, comme je me plaisais à l'appeler. Pourtant, pour une fois que ce n'était pas avec ma verve légendaire ou mon flegme parfois extraordinaire qui faisait fuir le client ! Simplement... le fait que je fasse mon travail.
C'était fort ironique, et je n'allais certainement pas louper l'occasion de le faire remarquer à la Couturière, quand elle daignerait arriver et venir m'aider à réconcilier l'homme étrange entrant-sortant, plus fâché avec lui-même qu'autre chose. Enfin, c'est du moins ainsi que mon esprit, encore quelques peu formaté par la psychologie humaine, analysait l'étrange comportement de l'inconnu...

Histoire d'essayer de le retenir davantage -après tout, ses achats cautionnaient mon salaire à la fin du mois, donc bon- je m'approchais de la porte -et donc par conséquent de lui, vous suivez encore- pour me présenter et lever toute équivoque sur ma manie de soulever les Tee-Shirts des jeunes hommes.
Je suis Zénon, le modiste de la boutique. Je peux peut-être vous renseigner malgré tout ?
Et voilààààà. Modiste = mode = vêtements = mesures = soulevage de Tee-Shirt. Pour moi, l'équation était claire. Il fallait juste qu'elle le soit aussi pour les autres, maintenant. Ce qui était une moins mince affaire, du coup.

_________________
you can beat the world, beat the war
yeah, you can be the greatest, you can be the best
Contenu sponsorisé
Informations
MessageSujet: Re: J'voudrais voir le monde à l'envers, et si jamais c'était plus beau, plus beau vu d'en haut ?   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le monde de l'Envers
» Voir le monde à l'envers /Ice/
» Je voudrais voir le monde dans un grain de sable ▬ Sango
» Le Diplo : un numéro spécial intéressant!
» Projet One Piece

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue Au Bal ::  :: Les Echoppes :: La Couturière-