VOTEZ POUR LE BAL



Référencement


AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Mar 21 Juil - 20:01
Mes yeux s'ouvrirent sur plafond sombre, trop sombre pour indiquer une heure correcte pour se lever. Je me redressai, et sachant très bien que je ne me rendormirai pas, me levai et regardai mon réveil, qui affichait quatre heures du matin. A ce moment, je compris la raison de mon réveil : je n'avais pas mangé la veille au soir et mon estomac criait famine. Personne n'irait me préparer quoi que ce soit à cette heure-ci, aussi décidai-je de m'habiller et d'aller fouiller dans la cuisine de l'auberge.

Après m'être glissé dans les couloirs, avoir descendu les escaliers et atteint le réfectoire, je tentai de passer entre le présentoir et la vitre du stand de crêpes, mais, manque de chance, toutes les portes étaient fermées à clé. Je finis par sortir du bâtiment et regardai autour de moi. Où avais-je une chance de trouver quelque chose à grignoter ?

Toutes les boutiques étaient fermées à cette heure-ci, même les bars et les restaus. Je n'avais pas de quoi cambrioler une pâtisserie, mais il restait un endroit sans doute accessible si tard ... Ou si tôt.

Je me dirigeai vers le château, dont certaines fenêtres brillaient et laissaient entrevoir par le carreau des silhouettes, intimes et fantomatiques. La porte, entrouverte, filtrait la lumière des lustres du hall qui couvaient le tapis rouge d'une lumière chaleureuse. Au lieu de gravir les escaliers, je me dirigeai vers les sous-sols et fouillai un peu les pièces, avant de trouver, enfin, une immense cuisine.

Les lumières étaient allumées, mais il semblait que personne ne m'avait devancé. Avec un empressement de gosse, je me précipitai auprès des bacs et les fouillai un par un, avant de trouver les récipients à glace. Armée d'une cuillère, j'attaquai une glace au kinder bueno, absolument délicieuse, sans d'abord remarquer le jeune homme à l'autre bout de la salle.

Ce fut en cherchant de la sauce chocolat pour assaisonner tout ça que je le vis, en train de phaser sur mon, petit gringalet furetant comme une souris. J'avalai ma bouchée de crème glacée et lui adressai un sourire blanc et marron.

- Heeeey mec, ça biche ? Toi aussi t'avais la dalle ?
Je lui tendis le bac avec un autre rictus niais.

- T'en veux ?
avatar
Informations
Messages : 5
Faveurs du Roi : 2
Date d'inscription : 21/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Mar 21 Juil - 22:10




We Want War by These New Puritans on Grooveshark

"La pire souffrance est dans la solitude qui l’accompagne.”Dmitri & Sam



Les yeux grands ouverts dans le noir, je me concentrais sur la paisible respiration qui soulevait et abaissait mon torse. Je bougeais lentement un bras et le glissait sous ma tête, rejetant dans le même temps d'un souffle impatient une boucle blonde qui retombait sur mon front. Cela faisait quelques heures que je restais là, immobile, attendant un sommeil qui ne viendrait pas. Mon corps semblait avoir trop peur de s'endormir et de laisser la place aux cauchemars qui envahissaient mon esprit toutes les nuits, et me faisaient hurler et me réveiller en sursaut, avec l'impression d'avoir les mains couvertes d'un sang qui n'était pas le mien.

Plutôt que rester étendu dans le noir à rien faire, je me redressais en position assise au bord de mon lit et regardais mon reflet dans le miroir, qui me renvoya un regard d'un bleu profond, une légère lumière de lune filtrant par les volets se posant sur mon visage pâle. Je tentais un léger sourire qui ressembla plus à un rictus grimaçant, alors j'abandonnais. J'avais perdu l'habitude de sourire. Je me levais et regardait dans le miroir le torse abîmé et les tatouages, recouvrant un de mes bras, mon flanc droit, une épaule et dépassant sur mon cou. Ils cachaient mes plus grosses cicatrices.
J'enfilais un marcel noir rapidement et un jean tout simple. Mon ventre criait famine, comme une excuse pour échapper au sommeil.


Etant un gros mangeur, ce n'était pas la première fois que je me levais en pleine nuit pour aller chercher quelque chose à grignoter, et je savais exactement où aller. Je sortis dans l'air frais et me dirigeais vers le château d'un pas assuré. Au moins, les portes immense de la magnifique bâtisse permettaient que je passe tranquillement sans avoir à baisser la tête, comme c'était le cas dans les auberges et magasins aux portes basses. Mon mètre quatre-vingt-quinze ne passait jamais inaperçu bien longtemps...
Je pénétrais entre les murs de pierre et me dirigeais d'un pas assuré vers la cuisine, où j'allumais les lumière. Je fouillais dans un placard et trouvait une bouteille de vodka presque pleine. Parfait.
Je sortais quelques victuailles et m'installait sur la table tranquillement pour manger.

Enfin tranquillement, jusqu'à ce que quelqu'un vienne. Je l'avais vu au loin, en train de fureter, à la recherche de quelque nourriture comme je l'étais quelques temps auparavant. Je n'avais donc rien à lui reprocher, puisque j'étais aussi fautif que lui. J'avais fini la bouteille d'alcool à moitié quand il vint m'aborder, la bouche recouverte de glace et avec un air de gamin. Mon côté raisonnable annihilé par l'alcool, ma fibre de seme se réveilla en moi en voyant sa bouille. Celle ci résonna en moi comme la corde d'une guitare bien accordée. Je ne compris pas exactement son expression, ayant encore du mal avec l'argot français. Je fronçais légèrement les sourcils et m'exclamait avec mon accent à couper au couteau :

- Euh, ça... Biche ? Oui. J'avais faim. J'ai souvent faim.

Je le regardais avec suspicion, craignant qu'il vienne me piquer ma bouffe. Mais non, il me tendit son bac de glace avec un air d'imbécile heureux. Les commissures de mes lèvres s'élevèrent d'un demi-millimètre, l'équivalent pour moi d'un éclat de rire.

- Non merci. Assieds-toi...

Je lui tirais une chaise pour qu'il s'installe à côté de moi. Il était du côté du tatouage de mon bras, qui s'étalait du haut de mon coude jusque sur mon cou. On pouvait deviner en dessous la trace d'une ancienne et très vilaine brûlure. Je le regardais et lui tendais ma bouteille.

- Vodka ?


© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Mer 22 Juil - 0:02
Tout joyeux, je plantai ma cuillère dans la crème glacée et posai le bac devant mon tabouret, sur lequel je m'assis. J'étais vraiment heureux de m'être trouvé un copain. Son accent était vraiment exotique, en plus de ça. Je ne m'y connaissais pas trop en tic de langage, mais je me figurai sur le moment qu'il devait venir de l'est de l'Europe, d'autant que son visage était assez slave.

Quand il me proposa un peu de sa vodka, je secouai doucement la tête, un peu rebuté.

- Ce n'est pas une bonne idée ... Je n'ai jamais bu d'alcool, alors commencer par quelque chose d'aussi fort ... Je vais finir par danser à poil sur la table, aha !
En regardant ses beaux traits, je songeai un instant qu'au final, ça ne m'aurait pas déplu. Enfin, non, pas dès la première rencontre, tout de même ! Pour ne pas le laisser tout seul dans sa beuverie, je descendis de mon tabouret en quête d'une bière. J'étais déjà petit, me faire descendre fit arriver ma tête au niveau du milieu de la colonne vertébrale de mon acolyte. Il était vraiment immense !

Je m'emparai d'une canette de bière pas trop alcoolisée et revint à ma place près de mon grand copain. Je pris au passage un saucisson qui m'avait l'air appétissant et qui se révéla être aux cèpes. Ayant définitivement la dalle, je finis par me faire un sandwich avec un peu n'importe quoi dedans, en toastant un peu les pains. Tout en mangeant, je me rappelai d'un détail notable.

- Je manque à mes devoirs ... C'est quoi ton prénom ? Moi, c'est Sam.

Ah, bah mince alors, j'avais oublié mon pseudo. Bon, tant pis, ce gars m'inspirait confiance.

- Samuel, en fait. Mais je préfère Sam. Et toi ? Tu n'es pas né en France, si ? D'où tu viens ? Perso, je sors d'un hôpital psychiatrique ... Près de Caen, tu connais ? J'y étais depuis mes douze ans, parce que j'ai la phobie de tout ce qui a des seins et un utérus, et bon, ça concerne beaucoup de personnes.


J'eus un petit rire d'aise, la bière me piquait un petit peu le ventre. Mais je me sentais bien. Tout allait bien. Je m'étais trouvé un ami sympa et agréable, j'avais le ventre plein et les pensées paisibles. Je piochais un peu dans sa nourriture et il prenait dans la mienne, et la potentielle barrière qui s'installait souvent entre deux personnes qui ne se connaissait pas était tombée en quelques minutes.
Désormais, vous entrez dans mon jeu...
avatar
Informations
Messages : 113
Faveurs du Roi : 162
Date d'inscription : 13/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur http://bienvenue-au-bal.forumactif.org
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Mer 22 Juil - 23:58
avatar
Informations
Messages : 5
Faveurs du Roi : 2
Date d'inscription : 21/07/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Sam 25 Juil - 19:55




We Want War by These New Puritans on Grooveshark

"La pire souffrance est dans la solitude qui l’accompagne.”Dmitri & Sam



La tension qui avait envahie mes épaules à l'entrée d'un inconnu dans un endroit où je souhaitais être seule se dissipa peu à peu. Tout d'abord grâce à la vodka, qui coulait dans mon oesophage en une délicieuse brûlure, me faisant perdre un peu de cette raison militaire que gardent encore en mémoire mon corps et mon esprit. La seconde raison était la nature de la personne étant venue empiéter sur mon espace.
Il était petit, très petit comparé à moi. Sa taille n'avait d'égale que sa corpulence, si fin que j'aurais pu le casser en deux avec deux doigts.

Cette pensée était un peu rassurante, car elle signifiait que le jeune homme ne pouvais pas me faire de mal. De plus, son air enfantin et ses manières de gosse firent fondre légèrement la couche de glace entourant mon coeur. En le regardant manger, je passais une main dans ses cheveux. Ils étaient doux et soyeux, et je me dis intérieurement que j'avais trouvé quelque chose à protéger. Parce que dans ses yeux bleus brillait quelque chose que je reconnus, pour l'avoir vécu. Ce jeune homme avait vécu des choses, des choses qui façonnent les hommes sans qu'ils puissent rien y faire.


Un soupçon de colère m'envahit en pensant à ce qu'avait pu subir ce petit être, qui me faisait un peu penser à un lutin. Qui aurait pu faire du mal à quelqu'un comme ça ? Son visage reflétait sa bonté, ses yeux brillants d'intelligence et de curiosité, ainsi que d'une indescriptible mélancolie. Il est beau, il est doux, il est fragile et seul.
Il est Sam. Il est à moi.

- Je m'appelle Soreness. Enfin, appelle moi Dmitri. Je suis russe.

Venant d'un hôpital psychiatrique ? Woaw, je ne m'attendais pas vraiment à ça. Il ne semblait absolument pas fou. Mais moi non plus, n'est ce pas ? Et pourtant ma soif de me battre et de faire couler le sang avait tout de la folie.
La phobie des femmes, voilà qui n'était pas courant... Je retins un sourire.
Il était donc gay. Je pris une voix basse et sexy en faisant résonner mon accent, aidé par l'alcool.

- Je te protégerais des viles femelles.

Je conclus avec un clin d'oeil avant de finir ma bouteille en quelques gorgées, avant de passer un bras protecteur autour de ses épaules.

© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Informations
Messages : 15
Faveurs du Roi : 16
Date d'inscription : 14/04/2015
Age : 25
Localisation : Gatineau
Voir le profil de l'utilisateur http://ecole-du-ruisseau.forumactif.com/
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Mer 29 Juil - 1:58
-Aïe! se plaignit Khanrell lorsqu'elle ouvrit les yeux et sentit la migraine accourir comme un troupeau de taureaux enragés.

Son premier réflexe fut de se refermer les yeux et de cacher sa tête entre ses bras, comme si cela pouvait atténuer la douleur du sang qui battait ses tempes. L'odeur d'humidité et de renfermé de la pièce exiguë où elle avait passé la nuit lui donna la nausée, mais elle n'arrivait pas à trouver la force de se lever. Que c'était-il donc passé pour qu'elle soit si mal en point? Plus elle essayait de réfléchir, plus son crâne la faisait souffrir. En plus de la soif qui lui brûlait la gorge... En tous les cas, elle avait certainement but plus que la décence ne le permettait, car elle n'avait jamais été aussi épuisée et malade au réveil.

Après plusieurs minutes cloîtrée sur elle-même, elle comprit enfin ce qui l'avait sorti de son sommeil peu réparateur : des voix. Trop lointaines pour en saisir le sens et la provenance, elle n'avait envie que de les faire taire! Cela bourdonnait dans son crâne comme un million d'abeilles! Enfin, la seule chose qu'elle pouvait faire maintenant, c'était rentrer à l'auberge, puisqu'elle était visiblement toujours au château, et boire des litres d'eau... Puis dormir toute la journée...

Décidée, Khanrell rouvrir les yeux et se leva, réalisant qu'en faite, elle était totalement nue, dans un espèce de placard à balais étroit. Confuse, elle chercha ses vêtements à tâtons, et les repéra morceau par morceau dans la pénombre. À mesure qu'elle s'habillait, elle se souvenait des événements de la veille, bien qu'elle ne sut pas pourquoi elle avait fini par dormir dans le cagibi, après le départ de Christopher...

Simplement penser à ce nom la fit rougir, heureusement qu'il n'y avait personne autour d'elle pour la voir s'empourprer, elle aurait eu l'air bien étrange. Enfin, elle sortie de sa chambre improvisée et mis quelques secondes à s'orienter, ne se souvenant plus très bien de la direction de la sortie, ce fut finalement des bruits de vaisselle qui lui indiqua la direction de la cuisine. Bon, changements de plans : boire de l'eau, retrouver l'auberge puis dormir. Voilà qui était un ordre d'idée beaucoup plus logique, car sa tête lui élançait toujours, et sa gorge lui semblait aussi aride qu'un désert.

Elle suivit donc les bruits, puis les voix, toujours les mêmes lui semblait-il. Des voix avec des accents particuliers, comme tout le monde d'ailleurs dans ce fichu endroit. En faite, c'était peut-être juste elle qui parlait différemment des autres, jusqu'à maintenant, elle n'avait croisé aucun Canadien-français... Lorsqu'elle n'avait pas le cerveau en compote, il lui arrivait de se demander Pourquoi elle, et pas d'autres? Mais ce matin, elle était K.O.

Lorsqu'elle trouva la cuisine, plusieurs éléments importants la frappèrent : Ces deux hommes, vraiment très proches apparement, étaient aussi différent que pouvaient l'être un chat et un chien, mais étrangement affectueux. Réalisant qu'elle était tombée sur des petites accolades homosexuelles, elle se remit à rougir, surtout qu'elle aurait préféré ne pas tomber sur qui que ce soit. Elle avait entendu leurs noms, bien qu’inutile pour elle, et surtout le passage de Sam sur les femmes.

Sa deuxième remarque importante, et non la moindre : Ils buvaient. Les fenêtres du couloir lui avait pourtant indiqué qu'il faisait encore nuit, mais que le soleil allait bientôt se lever. Finissaient-ils la fête ou étaient-ils fanatiques de l'ivrerie matinale?

Bien qu'à plusieurs mètres des gaillards et du maigrichon, Khanrell pu sentir, sans l'ombre d'un doute, l'odeur de l'alcool, du fort. Cette odeur, cause de ses douleurs, lui redonna la nausée, que cette fois-ci elle n'arriva pas à retenir. Sans avoir eut le temps de leur dire un mot, elle se retrouva donc la tête dans l'évier, à se vider l'estomac du peu qu'il contenait. Elle devait faire une bien belle figure, avec ses vêtements froissés et ses cheveux à moitié défaits...
avatar
Informations
Messages : 24
Faveurs du Roi : 38
Date d'inscription : 20/07/2015
Localisation : I don't want to sit on a lemon tree
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesatmospheres.tumblr.com/
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   Jeu 30 Juil - 0:16
Je souris quand il me dévoila lui aussi son vrai prénom et me blottis volontiers contre son flanc quand il passa un bras musclé autour de mes épaules dérisoires face à sa musculature entretenue. Je le sentais essayer de me séduire et de me plaire, et ça me touchait, étonnamment. Habituellement, j'étais plus du genre à recevoir sans donner, et tant pis si l'autre n'y trouvait pas son compte, mais avec lui, j'avais ... Je ne sais pas, envie de prendre mon temps. De le laisser me courtiser, de l'entendre énoncer mes qualités et d'ignorer ses défauts. C'était bien la première fois que j'avais envie de tomber amoureux.

C'était peut-être l'euphorie provoquée par le réveil inhabituellement tôt, ou notre affinité première, ce truc qui devait nous relier sans qu'on le sache. Je ne m'étais jamais aussi bien entendu avec quelqu'un, pas même avec ceux qui m'avaient vu grandir dans mon hôpital. Nous étions juste faits pour nous entendre.

J'allais fermer les yeux et me laisser bercer par sa respiration quand un bruit de déglutition retentit près de nous; Je me retournai vivement et hurlai tout bonnement en voyant une femme à deux mètres de moi à peine. Manifestement, elle avait couru de la porte jusqu'à l'évier, mais très franchement, j'avais d'autres soucis en tête, comme mon instinct de survie qui me hurlait de fuir, par exemple.

Je reculai précipitamment, fis tomber mon tabouret et me planquai sous la table haute, le cul sur le sol graisseux de la cuisine.

- D-D-DMITRI ! F-F-F-FAIS LA PARTIR ! VITE !

Paniqué, rouge et bégayant comme une bête affolée, je serrai dans mes mains le pied de la table. Je tremblais tellement que ma vision était floue. Perturbé dans mon moment de bonheur et de velouté, surpris, trompé, il me semblait que je n'allais pas tarder à pleurer.

_________________
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist
I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

From Sia
Contenu sponsorisé
Informations
MessageSujet: Re: Ah, between the heaven and hell, you were there ... [Soreness]   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» if you can't move heaven, raise hell (caleb)
» It's heaven and hell. Jack & Natasha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue Au Bal ::  :: Le Bâtiment Principal :: Les Cuisines-